COUPE MONTENERO

EVOCATION DE LA MANIFESTATION HISTORIQUE QUI A EU LIEU DE 1921 A 1953

- Cinquième année du 22 au 24 mai 2015

 

Présentation                                                                                                                                         

            L’évènement d’intérêt historique – touristique – culturel célèbre l’automobilisme historique entraînant à peu près cinquante voitures construites avant 1994 sur les routes urbaines /provinciales du territoire de Livorno et des provinces voisines.

            La manifestation prévoit 40 épreuves di régularité chronométrée sur des bouts de chemins délimités /privés différents des parcours habituels. 

            Un remarcable programme touristique – culturel enrichit la manifestation par des visites  guidées aux sites naturels de la Maremme Toscane et aux lieux historiques au charme Etrusque.

Le dimanche matin après l’exposition des voitures à l’esplanade Terrazza Mascagni où le tout Livorno se rencontre, les équipes vont se défier sur le circuit historique de Montenero. Ce circuit prend son départ du bord suggestif de la mer, se déroule dans la viabilité ordinaire autour   de l’homonyme coteau en traversant même un bout de chemin que le film “Il Sorpasso” avec Catherine Spaak et Jean Louis Trintignant a rendu célèbre.

            Les mille dépassements d’autrefois, les tournants poudreux, les exploits des pilotes qui  ont marqué l’histoire de l’automobilisme sportif vont ravir les équipes, dans le rêve d’être l’un de ces champions pour quelques instants.  En effet, celui qui était le premier à la “ Coupe Montenero”, pouvait bien affirmer d’être un as du volant et sa voiture devait garantir la puissance, la maniabilité, la stabilité et l’équilibre indispensables pour lui assurer le succès sur le prototype des circuits  mixtes.

 

 

  COUPE MONTENERO

EVOCATION DE LA MANIFESTATION HISTORIQUE QUI A EU LIEU DE 1921 A 1953

- Cinquième année du 22 au 24 mai 2015

 

Voila’ l’histoire de la Coupe Montenero

Ci-dessous quelques étapes de l’épopée tirées de l’exposition la Coupe Tazio a Quercianella, Nuvolari a Livorno – Ete 2001 arrangée par Luigi CIOMPI.

            1921 (septembre) – Ier ° Circuit de Montenero

Onze équipes ont participé à la première “Montenero  qui a eu un succès extraordinaire.  A cause de l’attente médiatique qui trouve sa source dans le mythe de chaque pilote il était difficile de faire la distinction entre les exploits réels et ceux qui étaient inventés.  Le tour se déroulait de l’ex Lazaret de S. Leopoldo à l’Antignano, ensuite on revenait en traversant  l’Ardenza di Terra et la rue de Circonvallazione . Le circuit s’achevait là où il avait débuté.  Parcours total de 110 Km.

            1927 (août)- VIIe Coupe Montenero

La Coupe Montenero classique du14 aout est suivie le lendemain d’une nouvelle manifestation : C’est la Ire  Coupe Ciano dont le trophée était donné par la fille de Costanzo Ciano, comtesse Maria.  A ce point là la deuxième période de la Montenero va commencer.

Tazio Nuvolari obtint le temps le meilleur sur le tour qu’il parcouru en 15’38 à la vitesse moyenne de 86.354 Km..

1930 (août) – Xe Circuit de Montenero – Coupe CIANO –

C’est la première “Montenero-Ciano”.   La “Ciano” était une course pour des voitures sport fondée en 1927, elle avait lieu immédiatement après la Montenero et elle comptait deux alfisti, Marinoni et Razzauti, parmi ses champions.  La Ciano est supprimée et dès ce moment là, la Coupe donnée par Costanzo Ciano va représenter le trophée le plus recherché de la compétition de Livorno..

Cette année là Varzi et Nuvolari prennent part à la course avec les “Alfa P2   Duel acharné, ravissant, voitures cassées.  Le vainqueur c’est Fagioli, qui a roulé d’une continuité formidable.

La deuxième période de la Montenero va se conclure : c’est la manifestation classique qui avait vu le duel entre Nuvolari et Varzi, ou encore qui avait vu plusieurs fois la participation de Borzacchini et Campari, les exploits de Chiron et de Moll et qui devait bientôt attirer les mordus de l’Italie toute entière pour attirer les pilotes européens les plus célèbres dans la course nationale la plus importante.  

1936 (août) XVIe Circuit de Montenero – Coupe CIANO –

Les circuits urbains deviennent célèbres et le staff de la Ciano va changer le parcours traditionnel de la manifestation pour satisfairele désir des mordus.   

On abandonne le bout de chemin en montagne et le parcours est réduit de vingt à sept kilomètres. Malgré cela le circuit reste toujours parmi les plus difficiles.  Les Auto-Union conduites par Rosemeyer, Varzi, Von Stuck sont les véritables protagonistes. 

1937 (septembre ) – XVIIe Circuit de Montenero – Coupe CIANO –  XVe Grand Prix d’Italie

 La XVIIe “Montenero-Ciano”, devient le XVe Grand Prix d’Italie. Lors que les Autorités sportives nationales décidèrent que le XVe Grand Prix d’Italie aurait lieu à Livourne, personne ne pourrait prévoir la présence d’une foule immense à l’occasion de la course italienne d’autos la plus importante.  Le spectacle de la foule le long du circuit de la Ciano  (7.128 Km) est décrit par une trentaine d’envoyés spéciaux.  Un tel spectacle d’autodrome entraîne aussi une remarquable résonance sur les journaux allemands qui avaient envoyé à Livourne une douzaine de rédacteurs en chef des rubriques sportives  Le ciel gris parsemé de nuages annonce la pluie imminente; vent d’ouest et mer orageuse.

Sous les accords des hymnes nationaux à 14 heures et 45 minutes le défilé des bolides participant au Grand Prix va commencer.  L’équipe de l’Alfa précédée de Nuvolari (numéro 55) marche la première, à raison de la victoire gagnée au cours de la dernière manifestation.

Immédiatement après l’Auto-Union précédée de  Rosemeyer, puis la Mercedes précédée de Caracciola.  Ce sont quinze les pilotes au départ : en première ligne Caracciol (Mercedes), Varzi (Auto-Union), Rosemeyer (Auto-Union). 

Au départ le premier qui fait irruption sur la ligne d’arrivée c’est Caracciola suivi de Varzi et de Rosemeyer. Tout près, les bolides allemands, parmi lesquels Nuvolari a réussi à s’insinuer, suivent en rangs serrés.

Tazio avec son maillot jaune paille est applaudi pour sept kilomètres parce que dans ce début de manifestation, le public n’a d’yeux que pour lui, idole des foules italiennnes et de celle de toscane en particulier.   

Il est impossible d’atteindre les Mercedes de Caracciola et de Lang et les positions d’honneur sont défendues par les pilotes de l’Auto-Union qui, bien qu’ils soient préoccupés à cause des freins, ont beaucoup plus de puissance que Nuvolari qui se trouve en condition d’infériorité.  Au trente et unième tour, en effet, Tazio s’arrête au box et passe sa voiture à Farina.

C’est Caracciola sur Mercedes qui gagne la victoire en achevant les 50 tours (Km. 360,900) en deux heures, 44’54” à la vitesse moyenne de Km. 131.310, deuxième Lang et troisième Rosemeyer.